* INTERFACE: Siège Social 83 La Canebière 13001 Marseille

CORPS en SOUFFRANCE

La capacité que l'on a à se rendre malade dans des situations d'impasse est incontestable. La maladie a des causes multifactorielles et souvent hors champ de la conscience. Mais à cette période où les neurosciences valident l'incidence de l'esprit sur le corps et le soma sur la psyché, nous devons prendre en considération la globalité de la personne, avec les aspects socio-culturels, professionnels...

 
 
G
M
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Text-to-speech function is limited to 200 characters
 
[removed]
 
Options : History : Feedback : Donate Close

Les maladies et accidents corporels influent sur l'équilibre global.

Quand la douleur envahie toute la vie de l'individu, quand il n'y a pas de réponse aux multiples traitements, quand parfois les spécialistes n'entendent pas l'état de souffrance parce ce qu'il est impossible à objectiver, et qu'il y a une mise en échec des soins... les symptômes s'enkystent et amoindrissent la dynamique corporelle, émotionnelle, psychique et cognitive. Le réseau social et parfois économique s’effondrent.

Dans ces périodes de douleurs, le temps et l'espace sont configurés autrement: combien d'heures avant la prochaine prise d'antidouleurs, comment faire ses courses au risque d'être heurté par quelqu'un...?

Tout est risque.

De plus, les traitements lourds et la douleur permanente diminuent la vitesse d'idéation.

 
 
G
M
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Text-to-speech function is limited to 200 characters
 
[removed]
 
Options : History : Feedback : Donate Close

Le temps présent du panser occulte le penser à venir et anéanti le présent.

Comment faire entendre aux interlocuteurs qu'avec tous les phénomènes péri-douloureux, l'énergie entière de la personne se focalise vers les attaques algiques? Les proches ne reconnaissent plus l'individu battant, maintenant totalement abattu. L'impuissance parasite les interrelations.

Si la maladie est reconnue, il y a de la compréhension voire de la compassion mais celle-ci échappe quand le diagnostic n'explique pas le degré de souffrance.

Quand des troubles anxieux ou un état dépressif apparaissent, ils ne doivent pas être traités en dehors du contexte douloureux. Par contre, cela nécessite d'avoir un référent qui collecte les données, d'où l’intérêt du médecin généraliste (ou un autre prescripteur) et le travail de réseau avec l'accord du patient, recentre la place du sujet dans son histoire et ses capacités à trouver des solutions.

 
 
G
M
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Text-to-speech function is limited to 200 characters
 
[removed]
 
Options : History : Feedback : Donate Close

L'étape de la maladie, les suites d'un accident réactivent des expériences passées qui ont été plus ou moins bien gérées et contenues par les référents parentaux ou l'entourage. Tout ce qui n'était pas réglé peut émerger et quand la conscience fait défaut, le corps devient le porte-parole. La souffrance s’ajoute à la douleur, l'impasse demeure.

La psychothérapie verbale ou avec médiation permet d'écouter la souffrance liée à la douleur. Le fait d'être entendu libère un peu d'espace psychique qui favorise le processus de conscientisation et permet à l'individu de se réapproprier sa vie. La "machine à penser et à ressentir" se remet en route.

Même si pour d'autres, être douloureux n'a pas pour origine le somatique mais le psychisme, le ressenti de la personne demeure identique, elle a un besoin crucial d'être entendue sans aucun jugement.

 
 
G
M
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Text-to-speech function is limited to 200 characters
 
[removed]
 
Options : History : Feedback : Donate Close